Compteur Gratuit

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sarkosy

  • SARKOCHINE !

    0ce24ab1f3b2bf35b4e6241b038907df.png
    Pour les bigleuses et les bigleux : ici

  • SARKOSY ET BRUNI, ROI ET REINE?

    ebf4550e92866fb01b5314748a5f13d5.jpg

    Ecolo dans l'âme je recycle mes vieux articles pour soutenir ma théorie sur la catastrophe que constitue l'élection du Président Français au suffrage universel.

    Suite à un éclair de génie de dame laflote, ou H2O, sur la monarchisation de notre République, je me permet de rappeler qu'il n'en a pas toujours été ainsi.

    Il y a 46 ans un homme avait dénoncé les dérive prévisibles auxquelles nous assistons.

    Il faut lutter pour la restauration en France d'un véritable règime parlementaire, comme dans toute les républiques européennes.

    POINT BARRE comme dirait l'autre

    C'est la seule lutte digne de ce nom!! 

    * je me suis amusé à mettre en titre les deux noms (pfff) pour voir si mon compteur explose.....ben quoi?

    1ec310f465082eb141465bb768b38435.jpg

    La dérive présidentielle de notre République remonte à 1962 et à la modification apportée à la constitution de 1958 mettant en place l’élection du Président de la République au suffrage universel.

    En effectuant quelques recherches sur le sujet j’ai pu découvrir que l’un des plus farouche opposant à cette disposition fût Paul Reynaud, un homme politique à la longévité exceptionnelle et un allié de toujours du Général de Gaulle.

    Paul Reynaud a mené une bataille acharnée pour défendre le principe d’un régime parlementaire dans un discours magnifique prononcé devant l’assemblée nationale le 4 octobre 1962.

    Il faut noter la richesse de ce discours.

    J’en reproduis ici quelques extraits.

    Dans ce premier extrait, Paul REYNAUD décrit les pouvoirs exorbitants détenus par un seul homme. Il reprend pour appuyer son propos les déclarations du Général.

    " Et pourquoi cet acte si grave? Le général de Gaulle nous l'a dit dans son allocution télévisée du 20 septembre, à laquelle je veux me référer - car elle est beaucoup plus complète que celle de tout à l'heure -: pour faire élire au suffrage universel, au terme de son mandat, soit lui-même, soit un inconnu qui, pendant sept ans - et le mandat est renouvelable - aura, je cite : "les responsabilités suprêmes ", prendra "sur le rapport des ministres" - tel Louis XIV - et je cite encore: " toutes les décisions importantes de l’état" et qui, je cite de nouveau,: "dans les domaines essentiels de la politique extérieure et de la sécurité nationale" sera " tenu à une action directe ".

    [...]

    Ainsi donc, voilà un Président de la République, élu au suffrage universel, qui décidera de la vie ou de la mort de la France suivant qu'il fera une bonne ou une mauvaise politique militaire, une bonne ou une mauvaise politique étrangère. "

    Dans ce deuxième extrait, Paul REYNAUD décrit le sort peu enviable des ministres et déclare craindre l’irresponsabilité totale du Président devant l’assemblée. L’actualité lui donne raison. Il pointe du doigt également l’exception Française en la matière.

    " Cet inconnu tout-puissant ne sera responsable devant personne. L'Assemblée ? Il la congédiera à sa guise. Au-dessous de lui, les ministres. Pourront-:ils vraiment être responsables devant le Parlement d'une politique qui n'est pas la leur, qui est celle de leur maître intouchable? Les malheureux joueront le rôle qui était, à la cour de France, celui des menins que l'on fouettait lorsque le petit dauphin faisait des sottises.

    Mesdames, messieurs, on peut être partisan du régime présidentiel ou du régime parlementaire, mais je vous défie de trouver parmi les peuples du monde libre un seul citoyen qui accepte pour son pays un régime aussi extravagant et aussi dangereux. "

    Il défend le régime parlementaire avec des arguments convaincants et rappelle la révolution Française.

    Un de ses points de vue les plus intéressant, à mon sens, du raisonnement tient à la necessité du débat qui éclaire forcément le peuple dans ses choix électoraux.

    Pour moi aussi une démocratie sans débat et sans une information libre et impartiale est une mascarade.

    extrait 3 : " Or, dans tous les pays civilisés, le Parlement est considéré comme représentatif de la nation, avec ses qualités et ses défauts, avec ses diversités, ses contradictions même. Mais, lorsque les élus assemblés délibèrent et votent, ils sont investis de cette qualité éminente de représentants de la nation.

    Je vous dis que pour nous, républicains, la France est ici et non ailleurs. ……………….. ;

    Depuis 1789, les représentants du peuple, si décriés aujourd'hui, savent bien qu'ils ne sont, pris isolément, que des porte-parole modestes, précaires, faillibles, vilipendés souvent. Mais ils savent aussi qu'ensemble ils sont la nation et qu'il n'y a pas

    d'expression plus haute de la volonté du peuple que le vote qu'ils émettent après une délibération publique.

    C'est cette foi qui rassemble aujourd'hui, pour l'honneur de la République, des élus de toutes croyances et de toutes appartenances politiques...

    Des hommes opposés sur beaucoup de problèmes...

    ... ont constaté qu'ils ont cette foi commune et se sont réunis. "

    Enfin et pour finir avec cette analyse et à la lumière de la personnalité de Monsieur Not’président, je reprends une phrase tirée de la motion de censure déposée par Paul Reynaud et ses amis contre le gouvernement Pompidou le 4 octobre 1962.

    Je cite :

    "  considérant qu’il ( le général )

    ouvre ainsi (par l’élection au suffrage universel du Président)

    une brèche par laquelle un aventuriers pourrait

    passer,un jour,

    pour renverser la République et supprimer

    les libertés "

    Je souhaite que ce jour ne soit pas arrivé.

    Quant à Paul Reynaud, Il meurt le 21 septembre 1966 à Neuilly sur Seine en nous laissant ses mémoires. Très rancunier, le général de Gaulle ne lui accorde pas d'obsèques nationales et interdit à ses ministres d'y assister.

     ***************

    Discours complet : http://www.senat.fr/evenement/revision/debatan_04101962.h...

    Paul REYNAUD : http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Reynaud

  • DU ZENITH AU NADIR.

    42af821e817e233dd966b8368eaf66e1.jpgAu hasard de mes ballades sur la toile je suis tombé sur un artiste surprenant qui se fait appeler RIDAN, ce qui signifie Nadir à l ‘envers.

    Comme je suis têtu, que ne crois pas aux hasard et que j’aime jouer avec les symboles, je me suis amusé en vous livrant la définition de Nadir en astronomie.

    Nadir : Point de la sphère céleste opposé au zénith, qui se trouve sur la verticale de l'observateur. Vous connaissez l'astronomie. Vous savez où est votre zénith, votre nadir. Moi je les confonds (Giraudoux, Amphitr., 1929, ii, 6, p.142).

    Encore une affaire de sphère! 

    L’artiste né en 1975 est d’origine Algérienne et se permet de chanter des grands textes de la littérature Française comme " les regrets " de Joachim du Bellay dans le morceau " Ulysse "

    Il écrit et compose lui même , l’insensé, des chansons de très grande qualité !

    Voilà, je ne suis pas assez spécialiste de musique pour vous en dire plus, mais ce type que je ne connaissais pas il y a 3 jours me semble intéressant et je vous met quelques liens sur le bonhomme.

    Avant de vous laissez écouter je reviens sur un commentaires fait hier sur le blog DEL NRV que je retranscris ici dans sa désolante intégralité :

    " à force de rabâcher les mêmes rancœurs, le même ressentiment passif,
    la même impuissance corollaire, la même posture de "délectation morose" devant les malheurs du monde, et surtout la même absence totale de réflexion et d'analyse lucide,
    à se complaire dans les "sanglots longs des rappeurs de l'automne, berçant leurs cœurs d'une langueur monotone" ...
    c'est en effet la question qu'ils vont finir par se poser ...
    et c'est bien le(ur) problème .
    (la mélopée annonée est plus délétère encore que les violons de Verlaine) "

    Cela ne serait il pas un jugement de valeur?

    Ce genre de sortie, et je l’ai exprimé à l’auteur de ce commentaire, me fait penser au discours, particulièrement navrant que notre Président a fait à Dakar en juillet 2007 ou il s’est comporté en donneur de leçon du haut de ses certitudes d’occidentale puant. Mais, amis africains, je vous rassure, nous ne sommes pas tous pareils!

    Un petit extrait pour la route :

    " Le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire. Le paysan africain, qui depuis des millénaires, vit avec les saisons, dont l'idéal de vie est d'être en harmonie avec la nature, ne connaît que l'éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles.
    Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n'y a de place ni pour l'aventure humaine, ni pour l'idée de progrès.
    Dans cet univers où la nature commande tout, l'homme échappe à l'angoisse de l'histoire qui tenaille l'homme moderne mais l'homme reste immobile au milieu d'un ordre immuable où tout semble être écrit d'avance.
    Jamais l'homme ne s'élance vers l'avenir. Jamais il ne lui vient à l'idée de sortir de la répétition pour s'inventer un destin.
    Le problème de l'Afrique et permettez à un ami de l'Afrique de le dire, il est là. Le défi de l'Afrique, c'est d'entrer davantage dans l'histoire. C'est de puiser en elle l'énergie, la force, l'envie, la volonté d'écouter et d'épouser sa propre histoire.
    Le problème de l'Afrique, c'est de cesser de toujours répéter, de toujours ressasser, de se libérer du mythe de l'éternel retour, c'est de prendre conscience que l'âge d'or qu'elle ne cesse de regretter, ne reviendra pas pour la raison qu'il n'a jamais existé.

    Je vous laisse apprécier la leçon magistrale donnée par not’Président à ces Africains geignards, quel grandeur d’âme.

    quelques liens.

    histoire de petrole et de golf (laflote),   Retour aux sources,   Ecolo

    Pour ceux qui ont des gosses (très choli), etc...

    Bonne route Monsieur! Et surtout garder votre nom de scène car l'opposé du nadir c'est le ZENITH!

    Et je vous emmerde, vous, les morts qui causent d'un monde pourri que vous nous faîtes avaler comme une évidence!

    INTERVIEW:

  • PRISON POUR LES ENFANTS, AMNISTIE POUR LES PATRONS!

     

     ac07fe4d5dd61a591d0efcb2039bf645.jpg

     

    Cette femme est admirable!

    Ma virgule :

    Avez vous constaté que le mot "corruption" n'est jamais employé par nos vaillants journalistes sur nos affaires intérieures?

    Ce mot ne semble destiné qu'à qualifier les régimes des pays pauvres.

    Par Liberation.fr avec Reuters
    LIBERATION.FR : mardi 4 septembre 2007

    L’ancienne juge d’instruction Eva Joly critique violemment les projets de Nicolas Sarkozy de «dépénaliser» la vie économique et d’interdire dans ce domaine l’ouverture d’enquêtes pénales sur le fondement de lettres anonymes. «Il me semble que les valeurs que dessine le président Sarkozy ne sont pas celles de la France que j’aime. Les méthodes qu’il suggère sont celles de M. Berlusconi. Pour moi, c’est un extraordinaire et étrange choix que de choisir de soutenir les délinquants contre les victimes», a-t-elle dit dans un entretien diffusé mardi sur France Info....

    La magistrate, qui a quitté Paris en 2002 pour devenir conseillère du gouvernement norvégien, fait un parallèle entre le projet du chef de l’Etat concernant les entreprises et son idée de permettre des procès pour les criminels déclarés irresponsables. «Je ne comprends pas un pays qui responsabilise ses enfants et ses fous et irresponsabilise ses élites, et cela me paraît une grave erreur et surtout une absence de compréhension de ce que veut dire la criminalité organisée et économique», a-t-elle dit.

    Dans un discours vendredi devant l’université d’été du syndicat patronal Medef, le président de la République a annoncé son intention de faire interdire l’ouverture d’enquêtes pénales sur le fondement de lettres anonymes et son souhait de «dépénaliser» la vie économique. Les chefs d’entreprise réclament depuis longtemps une réforme du délit «d’abus de biens sociaux» (le détournement de fonds au sein des sociétés).

    «Dire que ce n’est pas grave de présenter des comptes inexacts ou de ne pas respecter la différence entre sa propre poche et la poche de l’entreprise, c’est grave. Le droit pénal, il ne faut pas l’oublier, protège les victimes», a dit l’ancienne magistrate.
    Quant à l’interdiction pour les juges d’utiliser les lettres anonymes, elle la qualifie de «grave erreur», en rappelant que l’ONU et l’OCDE demandent à leurs membres de légiférer pour protéger les témoignages anonymes. Eva Joly a notamment instruit l’affaire visant la société pétrolière Elf, utilisant parfois des lettres anonymes lorsqu’elles était confirmées par d’autres éléments. Le dossier s’est soldé par de lourdes peines de prison pour les dirigeants de cette société, reconnus coupables de détournements de fonds évalués à plusieurs centaines de millions d’euros.

    (Source : Libération)