Compteur Gratuit

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pollution

  • BELPOMME LE PREUX!

    Pour la première fois, le dossier des pesticides est ouvert en grand, et il ne pourra plus être refermé.

    Savez-vous qu’il y a des pesticides dans la rosée du matin sur les fleurs ? Savez-vous qu’il y en a dans l’eau de pluie, à Paris, Rennes, Marseille, Lyon, Bordeaux ? Savez-vous qu’il y en a dans les sources, dans les nappes les plus profondes, dans les sols, dans les pommes, dans le pain ? Savez-vousqu’il y en a dans le sang des nouveau-nés, dans le lait des mères, dans la graisse de nos corps ? Savez-vous qu’il y en a dans l’air intérieur des maisons ?

    Les pesticides sont partout, et leurs molécules s’attaquent directement à la vie des humains et de tous les êtres vivants.

    Antilles : silence on empoisonne !
    Les nouvelles que nous recevons de Guadeloupe et de Martinique sont véritablement effarantes. Avec la bénédiction de l'AFSSA (l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments), l'Etat Français, sous la signature du ministre de l'économie des finances et de l'industrie, du ministre de l'agriculture et de la pêche, du ministre de l'outre-mer, du ministre de la santé et des solidarités, vient d'autoriser la consommation de denrées alimentaires d'origine animale et végétales contaminées à des taux élevés par le chlordécone, un pesticide particulièrement redoutable utilisé sur les bananes.

    Rappel des faits :

    Octobre 2002 : une tonne et demie de patates douces en provenance de la Martinique sont saisies par la répression des fraudes sur le port de Dunkerque. Elles présentent une forte contamination par le Chlordécone, un insecticide puissant utilisé sur les exploitations de bananes et interdit depuis 1993.

    Juillet 2001 : un rapport est remis à Dominique Voynet, ministre de l'environnement, et à Dominique Gillot, secrétaire d'état à la santé. Rédigé par deux inspecteurs généraux des affaires sociales et de l'environnement, il décrit un état de pollution "difficilement admissible" ainsi que les risques sanitaires courus par la population (cancers, troubles neurologiques et de la reproduction).

    Juillet 2005 : dans l'indifférence estivale est rendu public le rapport de la commission parlementaire qui s'est rendue sur place en février de la même année. Elle constate que les arrêtés ne sont pas appliqués, d'ailleurs comment pourraient-ils l'être ? Elle apprend aussi que le Chlordécone ne se dégrade pas et pourrait rester dans les sols pendant plusieurs siècles.

    En conclusion : le rapport propose de fixer une limite maximale de résidus (LMR) en dessous de laquelle des produits contenant du chlordécone pourront être consommés.

     

     

     

    Pour ceux qui veulent en savoir plus :

    http://www.assemblee-nationale.fr/12/rap-info/i2430.asp

    Ou l'on apprend entre autre que :

    Le chlordécone fut breveté en 1952 aux Etats-Unis.

    La production devait être interrompue au mois de juillet 1975, des défaillances graves dans le dispositif d'hygiène et de sécurité ayant été constatées. Une pollution importante de l'environnement immédiat de l'usine, ainsi que des effets toxiques aigus sur les travailleurs de l'usine qui n'étaient pas correctement protégés au regard des réglementations sur la sécurité au travail expliqueraient, selon les informations recueillies par la mission, la fermeture brutale de l'usine.

    Les autorités auraient alors décidé d'interdire la commercialisation et la production du Képone au mois d'août 1976

     

    En 1984, un rapport de l'IPCS (7) consacré au chlordécone conclut avec une grande circonspection : " on a le sentiment que l'usage de ce produit ne devrait pas être encouragé, sauf là où il n'existe pas de solution adéquate ".

    7 () International program on chemical safety, organisme commun à l'OMS, à l'OIT et au Programme des Nations Unies pour l'environnement.

    1. En Guadeloupe

    Une étude la DSDS (Direction de la santé et du développement social), menée de septembre 1999 à février 2000, mit en évidence une importante pollution des sources du Sud de Basse-Terre par des pesticides organochlorés interdits depuis plusieurs années.

    2. En Martinique

    C'est également en 1999 que la DSDS entreprit une campagne intensive de prélèvements qui se déroulèrent entre le mois de juin et le mois d'août sur sept sites.

    Les prélèvements étaient réalisés chaque semaine en eau superficielle (cinq sites) et deux fois par mois pour les eaux souterraines (deux sites).

    ********************************************

    Que rajouter de plus? depuis 30 ans les autorités connaissaient la gravité de la situation.

    Lisez le rapport!

     

     

     

     

  • PAUVRE PÊCHEUR.

     

    Itw de M. Bretin pêcheur pro depuis 15 ans sur le Rhône et la Saône.

    Interdiction de commercialiser le poisson.

    Depuis 1990 des interdictions de commercialisation du poisson du rhône.

    Cela fait 17 ans que la rivière est polluée par les PCB, invisibles, inodores et dangereux.

    L’origine de cette pollution est connue et les usines deversent toujours le poison dans le Rhône.

    Il s’étonne du manque de réaction des citoyens.

    Le Rhône est pollué sur 400 km jusqu’à la Camargue.

    On nous laisse manger du poisson contaminé !

    On nous raconte, la prefecture, qu’on peut en manger en petite quantité. Incroyable !

    Des solutions ? : On ne cherche pas les coupables. Le 1er arrêté remonte au 14 septembre 2005, interdiction de commercialisation du poisson.. Qu’a t-on fait depuis 2 ans ? on apprend aujourd’hui que le Rhône est pollué jusqu’en Camargue.

    Les exploitations piscicoles de Camargue sont elles polluées, la mediterranée à l’embouchure est elle polluée? quid des poissons et crustacés?

    On continue à balancer 1.5 kg de poison /jour, 500kg par an depuis des années !

    Plainte déposée contre X le 14 septembre 2005, rien n’a été fait, aucune nouvelle, le parquet doit donner son accord ?

    Ce pécheur dit que c’est grave pour les professionnels, mais déplore la gravité de la situation et le silence généralisé sur cette affaire.

    On continue de deverser le poison, rien n ‘est fait.

    Depuis 17 ans on sait, on se force à oublier !

    Voila, en substance, ce que nous dit cet honnête homme que je salue bien bas!

    Alors quoi?

    -----------------------------------------------------------------------------

    Un jour ou l'autre il faudra qu'il y ait la guerre
    On le sait bien
    On n'aime pas ça, mais on ne sait pas quoi faire
    On dit c'est le destin

    Tant pis pour le Sud
    C'était pourtant bien
    On aurait pu vivre
    Plus d'un million d'années
    Et toujours en été.

    Je me souviens de mon vélo orange et des cannes à pêche que je fixais tant bien que mal.
    Je me souviens de ces vignobles de Chateauneuf du pape et des gros galets brulants sous les grappes.
    J'ai encore l'odeur de la vase du fleuve dans le nez sous le vieux pont suspendu et rouillé.
    Je vois encore mon bouchon filer sous l'eau, tiré par le gardon ou l'ablette.
    Je sens l'odeur du poisson sur mes mains et l'odeur du sous bois de l'ile de la Barthelasse.
    Chantons pour ceux qui se suicident en nous tuant à petit feu!
    db82b94a80d63c25e94dfdddcfdc6442.jpg
    La Barthelasse