Compteur Gratuit

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • ILS EMPOISONNENT LES OCEANS ET LE CIEL.

    Une video hallucinante sur les chemtrails, ou l'on voit plusieurs scientifiques nous révéler les épandages nocifs dont toute la population est victime depuis des années.

    C'est un peu long mais très instructif.

    Qui sont les gens de ce gouvernement noir qui nous assassinent en silence ?

    LE 01 JUIN 2010

    LE FILM SEMBLE DERANGER PUISQUE CENSURE SUR USTREAM  ET DAILYMOTION...

    VOUS POUVEZ LE VOIR ET LE TELECHARGER A CETTE ADRESSE ICI

    http://www.ubest1.com/user/JaneBurgermeister/video/16041

  • Attentat de Karachi: "Il serait souhaitable que Nicolas Sarkozy s'explique sur cette affaire"

     

    source

    Dans "Le Contrat", les journalistes Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme enquêtent sur l'attentat de Karachi en 2002 et explorent la piste de commissions occultes. Ils ont répondu ce jeudi 21 mai aux internautes de LEXPRESS.fr

    aud950: Où en est-on précisément dans l'instruction du dossier de l'attentat de Karachi? Le secret défense joue-t-il un rôle dans l'enquête? Avez-vous été entendus par les juges d'instructions? merci.

    Des ouvriers pakistanais apportent la touche finale au sous-marin Agosta 90-B Hamza, dernier-né des chantiers navals de Karachi, en 2006.

    REUTERS/Akbar Baloch

    Des ouvriers pakistanais apportent la touche finale au sous-marin Agosta 90-B Hamza, dernier-né des chantiers navals de Karachi, en 2006.

    Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme: Bonjour à tous. Alors, sur l'instruction judiciaire. Après de nombreuses années, pendant lesquelles la seule piste d'enquête fut celle d'un attentat commis par Al-Qaïda, la justice s'intéresse aujourd'hui à l'hypothèse d'un règlement de comptes politico-financier lié au contrat d'armement dans le cadre de l'exécution duquel sont morts 15 personnes, dont 11 employés de la Direction des constructions navales (DCN), le 8 mai 2002 à Karachi. Le secret défense joue un rôle capital dans ce dossier dans la mesure où il empêche quasi systématiquement le juge en charge de l'affaire, Marc Trévidic, d'avancer avec tous les éléments nécessaires. Non, nous n'avons pas été entendus par les juges. Nous n'avons a priori pas vocation à l'être. Toutes nos révélations sont dans notre livre, donc sur la place publique.

    Albert: le juge chargé de ce dossier a-t-il demandé la levée du secret défense?

    Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme: Oui, plusieurs fois. Et il n'a été destinataire jusqu'ici que de documents soigneusement sélectionnés et sans intérêt. Un exemple: il a récemment reçu un rapport du GIGN de 137 pages, dont... 134 étaient toujours classées secret défense. Les 3 pages déclassifiées contenaient quant à elles des généralités qui n'ont pas fait avancer l'enquête d'un pouce.

    Malik: Comment expliquez-vous les errements de la justice dans cette affaire, qui est passée d'une hypothèse à l'autre, très différentes, alors que les deux juges chargés du dossier sont des cadors?

    Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme: La réalité est que ce dossier a été confié, en 2002, à un juge (Jean-Louis Bruguière) qui, sur la fin de sa carrière, s'est montré toujours très prompt à défendre la raison d'Etat. C'est le cas dans l'affaire de Karachi, mais aussi dans celle des moines de Tibéhirine ou dans le dossier rwandais. Le nouveau juge, Marc Trévidic, a simplement tout repris à zéro, en commençant à s'intéresser à un élément clé du dosésier: le contrat pour lequel ces ouvriers d'Etat de la DCN et quatre Pakistanais sont morts.

    Badoumba: Selon vous, quel rôle a joué Nicolas Sarkozy dans ce dossier?

    Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme: Nicolas Sarkozy a joué un rôle à la fois institutionnel et personnel. On le sait peu mais le ministre du Budget est, en France, un personnage clé des ventes d'armes, qui est au courant de tout, y compris des commissions. Dans le cadre du contrat Agosta, qui était un contrat aberrant politiquement et économiquement, Nicolas Sarkozy a d'abord validé son plan de financement absurde.

    Ensuite, nous avons découvert un document saisi à la DCN qui montre que M. Sarkozy a supervisé, puis validé, depuis Bercy, la création d'une société offshore au Luxembourg, du nom de Heine, par laquelle ont transité en 1994 des commissions suspectes versées à des intermédiaires imposés à la dernière minute dans le contrat Agosta par le gouvernement Balladur.

    Le livre raconte également l'extrême proximité de l'un de ces intermédiaires - le fameux Ziad Takieddine - avec Nicolas Sarkozy et son premier cercle. Enfin, nous produisons des documents nouveaux qui indiquent que Nicolas Sarkozy serait intervenu, six mois avant son élection à l'Elysée, pour que cette affaire ne soit pas rendue publique.

    Phare: Bonjour, en quoi les retrocommissions seraient elles responsables d'un attentat, 7 ans plus tard? Pourquoi avoir attendu sept ans pour agir en représailles?

    Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme: Le livre ne défend pas coûte que coûte la thèse d'un lien entre l'affaire des rétrocommissions et l'attentat du 8 mai 2002. Mais cette hypothèse ne peut pas pour autant être écartée. Nous avons pris les choses dans l'autre sens. Nous avons d'abord découvert que ce qui, pendant 7 ans, fut présenté comme une vérité intangible - à savoir que l'attentat a été commis par Al-Qaïda - était une construction policière pakistanaise. Ce qui n'est plus contesté aujourd'hui.

    Ensuite, nous avons décidé de faire ce que le juge Bruguière n'a pas fait: tout simplement s'intéresser au contrat dans le cadre de l'exécution duquel sont morts les salariés de la DCN. Et là, nous avons découvert que ce contrat cachait des moeurs politico-financières pas très dignes et que beaucoup de chemins menaient vers le ministre du budget de l'époque, Nicolas Sarkozy.

    jujube43 : Votre livre au moment où Villepin refait surface, où Nicolas Sarkozy est en difficulté, ce qui ne peut que réjouir les chiraquiens... Vous ne vous sentez pas instrumentalisés?

    Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme: C'est une question que nous attendions. Et la réponse est non, bien évidemment non. Notre livre ne repose pas sur les affirmations de Dominique de Villepin, mais sur des dizaines de documents, dont beaucoup sont inédits, et de témoignages d'anciens hauts responsables de l'armement, de militaires, de magistrats, d'enquêteurs... Nous avons interrogé DDV, mais aussi Charles Millon, Charles Pasqua, Claude Guéant, Brice Hortefeux... Ce que nous révélons des dessous glauques du business des ventes d'armes n'est pour arranger personne. Ni les chiraquiens, ni les sarkozystes... C'est un trou noir de la République dans lequel rares sont ceux qui veulent s'aventurer.

    loulou : Villepin disait ce matin sur Inter que Chirac a stoppé tout versement de commission après 1995 par souci de moralisation. C'est votre avis?

    Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme: Ce que nous savons, c'est que les chiraquiens ont très tôt acquis la conviction en 1995-1996 que les balladuriens avaient mis en place un système de financement occulte via certains grands marchés d'armement conclus sous le gouvernement Balladur, entre 1993 et 1995. Souci de moralisation, peut-être. Volonté de vengeance, sûrement...

    sorlac: Il y a eu le Watergate aux USA, il y a eu à l'époque la démission de Nixon; Croyez-vous à une conclusion identique en France ?

    Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme: Le problème, c'est que nous sommes... en France, justement. Avant de démissionner, il serait déjà souhaitable que le président de la République s'explique sur cette affaire, qu'il traite par le mépris depuis le revirement de l'enquête. Nous vous rappelons que notre livre a tout de même failli être interdit à la demande d'un intermédiaire très proche du pouvoir en place. Imaginez la même situation aux Etats-Unis ou dans n'importe quelle grande démocratie...

    Kevin: Les parlementaires chargés de ce dossier disent qu'ils sont très en colère de ne pas avoir les mains libres pour enquêter. Et vous, vous êtes aussi en colère?

    Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme: Un journaliste est par définition en colère, non? Sur le travail des parlementaires, nous avons révélé la semaine dernière sur Mediapart l'existence d'un courrier de Christine Lagarde, ministre de l'Economie, qui a ouvertement fait obstruction au travail des députés en refusant que les fonctionnaires de Bercy ayant travaillé sur le contrat Agosta puissent être entendus par l'Assemblée nationale... Il y a de quoi être colère, en effet.

    Aziza : Cette histoire est terrible!! Est-ce que vous pensez que de tels faits pourraient se reproduire aujourd'hui?

    Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme: Nous pensons que tout est toujours possible. Si vous parlez d'un attentat de ce type, oui. Et si vous parlez des règlements de comptes politiques dans les arrière cours des grands contrats d'armement, oui aussi...

    Raminagrobis: Croyez-vous qu'on aura un jour le fin mot de toute cette histoire?

    Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme: C'est une question abyssale... Pour que la justice avance et, éventuellement, aille au bout dans cette affaire, il faudrait une réforme de fond en comble du secret défense dans ce pays. Non pas que le secret défense soit inutile - nous ne sommes pas des illuminés - mais il ne devrait pas être utilisé pour protéger certaines moeurs politico-financières pas très claires.

    lisabianca: Pourquoi les hommes politiques de haut niveau ne sont-ils pas sur écoutes? D'autre part, quel rôle joue Djouri Alexandre dans le panarama politique de Chirac à Sarkozy et merci aux journalistes dignes de ce nom de continuer à divulguer la vérité.

    Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme: De fait, dans cette affaire, en 1995, la DGSE (les services secrets français) a placé sur écoutes plusieurs anciens membres du cabinet de l'ancien ministre de la Défense, François Léotard, ce, à la demande du pouvoir chiraquien.

    Magali la peste: Les "2 Fabrice", que penser des pseudos révélations de "Tak" dans le Nouvel Obs de cette semaine? N'est-ce pas contradictoire avec la plainte en référé qu'il avait déposé à votre encontre?

    Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme: Celui que vous appelez "Tak" est Ziad Takieddine, l'intermédiaire très proche des balladuriens et des sarkozystes sur lequel pèsent de lourds soupçons. M. Takieddine est intervenu en marge du contrat des sous-marins pakistanais (Agosta) et d'un autre marché d'armement, Sawari 2 (avec l'Arabie saoudite), en 1994, à la demande expresse du gouvernement Balladur. Il veut faire croire aujourd'hui qu'il na rien à voir avec Agosta et c'est pourquoi il a demandé, ni plus ni moins, le blocage de la parution de notre livre... Qu'il n'a pas obtenu, bien sûr. Il est vrai que notre ouvrage contient des révélations gênantes sur ses liens avec Nicolas Sarkozy et ses proches, comme Brice Hortefeux. Son interview dans l'Obs n'est qu'une énième manoeuvre de diversion.

    pourquoi pas? : Qui vous a mis la puce à l'oreille pour suivre une piste autre que celle qui mène à Al-Qaïda?

    Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme: C'est un peu les hasards de l'investigation journalistique. En réalité, nous avons d'abord découvert que la piste Al-Qaïda, validée pendant des années par le juge français Jean-Louis Bruguière, était une pure construction policière pakistanaise. Ensuite, nous avons mis la main sur des documents internes à la DCN montrant qu'une enquête privée, menée par un ancien agent de la DST, avait été menée juste après l'attentat à la demande de la DCN. C'est cette mission, baptisée Nautilus, dont nous avons révélé l'existence sur Mediapart en septembre 2008, qui a ouvert la piste alternative à Al-Qaïda.

    Julie: Avez vous été visés par des menaces précises, ou des pressions, autre que le référé rejeté?

    Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme: Nous devons à la vérité de dire que nous n'avons subi aucune pression directe en deux années d'enquête. En revanche, nous avons été destinataires d'un nombre de mises en garde ébouriffant. Nous avons mené notre enquête dans un climat très lourd. Par exemple, un agent du renseignement qui enlève la batterie et la puce de son téléphone à chacun de nos rendez-vous. Un ancien des services nous expliquant qu'enquêter sur les ventes d'armes, c'est mettre sa vie en danger. Un ministre qui dit ne pas vouloir se prendre une balle. Un autre nous enjoignant de nous méfier des écoutes téléphoniques.

    soult: Le juge Bruguière privilégie la piste islamiste. Est-il en service commandé?

    Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme: Ce serait diffamatoire de l'affirmer. Pour notre part, nous avons pu constater que le juge Bruguière privilégie une piste (islamiste, en l'occurrence) dans la mesure où il n'en a cherché qu'une seule... De fait, comme nous l'avons déjà expliqué, M. Bruguière incarne une sorte de magistrat très sensible à la raison d'Etat.

    Lilou: Toutes vos révélations sont sur la place publique!! Mais vous ne protégez pas vos sources?

    Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme: Euh... si. Les personnes qui s'expriment à "visage découvert" dans le livre le font parce qu'elles l'ont accepté. Mais il y en a des dizaines d'autres, notamment celles qui nous ont fourni des informations extrêmement sensibles, qui resteront toujours dans un anonymat soigneusement protégé par nos soins. C'est le b-a-ba de notre métier.

  • TOUS LES OCEANS SERONT NOIRS.

    Etats-Unis : révélations sur l'explosion à l'origine de la marée noire

     

    Que s'est-il passé le 20 avril sur la plateforme DeepWater Horizon ? Un témoignage accablant sur les pressions exercées par BP pour accélérer la production de pétrole a été diffusé par l'émission "60 minutes", sur la chaîne CBS, qui a apporté pour la première fois des précisions sur les circonstances qui ont précédé l'explosion qui a fait onze morts.


    Mike Williams était le technicien en charge de l'électronique, sur la plateforme. Employé de Transocean, propriétaire de la plateforme, il a été un des derniers employés à avoir été sauvé, après un plongeon de 30 mètres pour échapper à l'explosion. Il a expliqué à CBS que des responsables de BP étaient présents sur la plateforme ce jour-là et qu'un différend les avait opposés aux responsables de Transocean au sujet de travaux en cours. Depuis des semaines, BP était pressé d'en finir alors que différents contretemps avaient freiné les travaux.

    Selon CBS, chaque journée de retard coûtait un million de dollars (820 000 euros) à la compagnie. Les responsables de BP ont demandé une accélération des travaux, mais le puits s'est ouvert, "avalant" les équipements. Cet accident aurait provoqué, selon le technicien, "une pression pour accélérer la production et l'allure". Résultat : quand une partie du dispositif de sécurité antiexplosion a été détruite, à la suite d'une erreur de manipulation, un cadre a jugé le fait sans importance particulière.


    Ce témoignage a été évoqué, mardi 18 mai, au Sénat, où le ministre de l'intérieur, Ken Salazar, était entendu pour la première fois depuis le début de la marée noire. Il a refusé de commenter les faits rapportés, mais a annoncé la prochaine nomination, par Barack Obama, d'une commission d'enquête indépendante sur l'explosion. Cette instance sera constituée sur le modèle des commissions qui avaient enquêté sur l'accident de la centrale nucléaire de Three Mile Island, en 1979, et l'explosion en vol de la navette spatiale Challenger, en 1986. Un rapport intermédiaire sur la sécurité de l'exploitation offshore devrait être remis fin mai, a indiqué le ministre. D'ici là, les forages vont observer une "pause", selon lui.


    La présidente de la commission de l'environnement, Barbara Boxer, a présenté des images qu'elle avait réussi à obtenir de BP, après réquisition écrite, a-t-elle souligné. On y voit toujours le même geyser, bien que la manoeuvre visant à introduire un tuyau de pompage ait abouti dimanche, selon la firme.

    "On ne voit pas grande différence. Quel est le vrai volume ?", a demandé Barbara Boxer. Ken Salazar a répondu que le dispositif ne collectait que de 1 500 à 2 000 barils par jour, soit à peine un tiers de la quantité qui se répand depuis un mois, selon des évaluations elles-mêmes contestées. "Ce n'est qu'un pansement", a reconnu le ministre, qui a précisé qu'une prochaine tentative pour colmater le puits aurait lieu "samedi ou dimanche".

    Après avoir essayé le dôme de confinement et le tube aspirant, BP va tenter de "tuer le puits" en y injectant de la boue pour bloquer l'écoulement, sachant que l'unique solution fiable pour arrêter la fuite est la construction d'un puits de dérivation. Deux de ces puits sont actuellement en travaux, mais ils ne seront pas finis avant le mois d'août, a précisé M. Salazar.


    Autre inconnue : la toxicité des agents dispersants. "Je suis profondément inquiète, a reconnu Lisa Jackson, administratrice de l'Agence pour la protection de l'environnement Il y a tellement d'inconnues..." Elle a assuré que les produits employés étaient biodégradables, tout en émettant des inquiétudes liées aux énormes quantités utilisées. Elle a confirmé que BP utilisait des produits interdits au Royaume-Uni.

    Les autorités ont étendu l'interdiction de la pêche à 19 % des eaux du golfe du Mexique (contre 9 % auparavant). Des "balles" de goudron sont apparues dans les Keys, ces îlots du sud de la Floride. Selon le gouvernement, 156 tortues ont été retrouvées mortes depuis le début de la marée noire, ainsi que 12 dauphins et 23 oiseaux.

  • PAUL JORION DENONCE TRANQUILLEMENT LES PARASITES ET LEURS COMPLICES.

    Rigueur ou plutôt AUSTERITE, UNE EXPLICATION SIMPLE DE LA TRAHISON DE NOS DIRIGEANTS ET DES DECISIONS MORTIFERES DE CES DERNIERS JOURS.

    A FAIRE CIRCULER....

     

  • LA MORT D'UN OISEAU.

     

    perruche-callopsite.jpg

    Ça vaut quoi la vie d’un oiseau ?

    Ça pèse quoi la vie d’un oiseau ?

    La légèreté d’une plume et la gaieté de son chant ?

    Tu t’es envolé sans tes ailes, Lilou    

    Comme jadis mon premier piaf d’enfant.

    La mort d’un oiseau c’est comme la chute d’un ange,    

    J’y laisse à chaque fois des plumes, ça me dérange,

    Et la sépulture aviaire que je t’ai confectionné

    Ne changera rien à l’absence de ta mélopée.

    Dors bien, Lilou, sur ton lit de coquelicots et de bleuets,

    Absurde marque d’un éternel et pénible regret.

     

  • N.O.M entre auditeurs de Radio ici et maintenant.

    LES VOLEURS DE L'UNION EUROPEENNE VUS PAR UN ANGLAIS, CONCIS ET EFFICACE !

     

     

     

    A écouter si vous avez un peu de temps....

    RIMJOVANOVIC.JPG

     

  • LES MENTEURS NOUS COLONISENT !

    Il est temps de dire que nos pays sont vendus aux intérêts du système financier international pilotés par la city et wall street.

    Vous trouverez la revue de presse internationale sur le site de Pierre Jovanovic ici.

    Vous pourrez visionner les revues de presse de Jovanovic à cette adresse : ici

    pierre-Jovanovic.jpg

    AUX ARMES CITOYENS: L'ATTAQUE SUR LA FRANCE EST EN COURS
    du 14 au 15 mai 2010 : Je ne sais pas qui sont les conseillers "financiers et bancaires" de Nicolas Sarkozy hormis Pebreau, mais ils sont nuls, y compris Pebreau. Ceux qui lui ont dit que le plan de sauvetage de dimanche dernier sauvera l'euro, etc, se sont ramassés, alors que je ne cesse de dire ici depuis 2 mois qu'une attaque massive se préparait contre la France pour pousser sa dégradation afin de nous forcer à payer plus cher sur les Bons du Trésor. L'euro est en train de s'écrouler, des infos sortent dans la presse espagnole et anglaise affirmant qu'il aurait menacé Angela Merkel de quitter l'euro si on ne sauvait pas la Grèce. Le problème n'est pas là. C'est de la poudre aux yeux. Sarkozy a été manipulé et là il va se prendre le bouclier anglo-saxon dans la figure, signé Obama-Dollar. Il y a 55.000 milliards de dollars de "shadow banking" (anglo-saxon pour 80%) en circulation et ce problème n'a pas été réglé. C'est la fusion nucléaire qui continue, mais on veut vous faire croire que c'est la Grèce. C'est faux. Le système américain est en train de détruire l'euro pour sauver le dollar et aspirer tout l'argent de l'Europe pour le ramener vers les US. Obama donne des ordres à Sarkozy, à Merkel, à Zapatero, au Portugal, les obligeant à instaurer des plans d'austérité. C'EST UNE ARNAQUE GEANTE! CETTE REVUE DE PRESSE VOUS L'A MONTRE NOIR SUR BLANC DEPUIS AOUT 2009, IL SUFFIT DE LIRE. C'est une main géante qui s'est abattue sur la Grèce pour déstabiliser l'euro. Et quand la note de la France sera dégradée, vous verrez hélas que seul ce blog vous a tout annoncé à l'avance (avant même Zero Hedge qui a vu aussi l'opération) sur la base d'une dépêche anodine le 8 mars. D'ailleurs, voyez ce papier de Zero Hedge d'aujourd'hui "Euro Plunges As France Downgrade Rumor Emerges. 05/14/2010 08:53. The country that Zero Hedge has long claimed is the glossed over black sheep that will take down the core of the eurozone is about to be downgraded". PETIT RAPPEL DU 8 MARS 2010 que je vous avais demandé d'envoyer, de publier, d'imprimer et de donner à tous ceux que vous connaissez:

     

    ALERTE: L'ATTAQUE SUR LA FRANCE A COMMENCE !
    du 8 au 10 mars 2010. Je vous l'avais dit, prédit et annoncé maintes fois, et voici, un fil anglo-saxon est tombé signifiant discrétement que les chiens ont été lachés (selon l'expression de François Mitterrand) dans cette guerre financière et qu'ils vont se rassembler en meute dans les semaines à venir pour dépecer la France et la forcer à monter les taux. Attention, ça veut dire "FORCER LA FRANCE A PAYER UN TAUX D'INTERET PLUS ELEVE" aux sociétés de fonds de pension genre Pimco et autres "investisseurs institutionnels" qui achètent nos bons du trésor... C'est Jeremy Gaunt, European Investment Correspondent à Londres pour Reuters qui signe ce papier: "French debt coming under investor scrutiny"... Noooonnn j'y crois pas... Quelle coïncidence... Les "investisseurs", ces gens qui ont été lessivés par Wall Street en 2008 et 2009, se posent des questions métaphysiques sur la France... Ma bonne dame, vous vous rendez compte... Ils se "posent des questions"... et trouvent que nos bons du trésor sont trop chers pour ce que c'est, et surtout que la France va être endettée à presque 84%... Ecoutez la suite: "As a result, other euro zone paper, including Germany's and -- perhaps surprisingly -- Italy's, could be in... "France has been lumped as a core euro zone economy. To our mind the budgetary situation is not as good as the pricing suggests," said Richard Batty, an investment director at Britain's Standard Life Investments. "It is being priced as though there isn't a budget problem" he said. ... The cost of insuring French debt through CDS, meanwhile, is around 43.400 euros per 10.000.000 euros of exposure, less than 10,000 euros more than for German debt and cheaper than the Netherlands". Cela veut dire que les Pimco, et autres grands "fonds" vont acheter du BdT italien, hollandais et allemand, mais pas français. Au secooours. Sauf si Marianne remonte son % à par exemple 4%.... J'ai une idée pour les gens de France Trésor (voir leur pub pathétique plus bas): "Parfumez nos Bons du Trésor avec du Chanel 5 (sur 5 ans), du Chanel 19 (sur 20 ans) et avec du Shalimar sur les bons à 30 ans... Ca devrait marcher"... En dernier recours, France Trésor peut aussi parfumer tous les bains du trésor avec AXE. Mais ca n'attire que les banquières et les investisseuses... Postez, publiez, faxez, affichez, envoyez cet article partout où vous le pouvez, formez vos bataillons, afin que le plus grand nombre de Français soient prévenus: les vampires ont sonné l'assaut sur Marianne comme ils l'avaient fait en toute discrétion il y a un an sur Athéna... La machine média anglo-saxonne va se mettre en route. A nous de la bloquer.
  • STARKO POSE UN LAPIN A VLADIMIR.

     

    2081612720.jpg

    QUE SE PASSE-T-IL AVEC LES RUSSES ? BIENTÔT LA WW3 ??????? DANGER IMMINENT !!!!! LA FRANCE VA DEVOIR CHOISIR SON CAMPS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    .
    Sark ozy renonce à aller en Russie à cause de la crise financière
    Le chef de l'Etat a prévu de rester sur le territoire français, "pour notamment s'entretenir avec différents interlocuteurs", a indiqué l'ambassade de France à Moscou.
    L'Ely sée n'a pas précisé avec qui Nicolas Sar kozy devait s'entretenir dimanche de la crise financière, au lendemain de sa participation aux cérémonies du 8 mai. (SIPA) L'Elysée n'a pas précisé avec qui Nicolas Sar kozy devait s'entretenir dimanche de la crise financière, au lendemain de sa participation aux cérémonies du 8 mai. (SIPA)
    Le président français Nicolas Sar kozy n'assistera pas comme prévu aux cérémonies organisées à Moscou dimanche 9 mai à l'occasion du 65e anniversaire de la victoire des Alliés en 1945, et ce en raison de la "crise financière" en zone euro, a-t-on appris samedi de sources concordantes.
    L'Ely sée a confirmé l'information communiquée dans un premier temps par l'ambassade de France à Moscou. La France sera donc représentée aux cérémonies par son ambassadeur à Moscou, Jean De Glinia sty, ont indiqué l'Ely sée et l'ambassade.

    Les français défilent pour la première fois
    "Compte tenu de la crise financière que traverse la zone euro, le pré sident de la Ré publique doit rester dimanche sur le territoire français pour notamment s'entretenir avec différents interlocuteurs", a indiqué le porte-parole de l'ambassade, Tho mas Bu ffin. L'Ely sée a expliqué de la même manière l'absence du chef de l'Etat à Moscou, mais n'a néanmoins pas précisé avec qui il devait s'entretenir dimanche de la crise financière.
    Des soldats français du régiment de chasse Normandie-Niémen, une ancienne unité de combat de l'Armée de l'air française créée au cours de la Deuxième guerre mondiale, doivent pour la première fois participer au défilé sur la Place Rouge, aux côtés de leurs homologues russes mais aussi d'autres pays dont les Etats-Unis, la Pologne et la Grande-Bretagne.

    Mo rin et Fal co absents eux aussi
    Autre absent de la cérémonie, le ministre de la Défense Hervé Mo rin, contrairement à ce qu'avaient indiqué ses services il y a dix jours. Cependant une source gouvernementale a indiqué que le déplacement n'a jamais été prévu.
    Hubert Fal co, secrétaire d'Etat aux Anciens combattants, avait en revanche envisagé de se rendre à Moscou, mais lui aussi a été contraint d'annuler, en raison des événements de Tarascon (Bouches-du-Rhône), où sept stèles de soldats musulmans ont été profanés cette semaine. Hubert Fal co doit participer à une cérémonie de recueillement dimanche après-midi dans le cimetière qui a été visé.