Compteur Gratuit

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Eyjafjöll, prévision de déplacement du nuage...

    Prévisions de déplacement du nuage de cendres islandais jusqu'au 22 avril.....clic image

    animation2.gif


  • C'est beau comme un volcan, Eyjafjallajokull !

    Des images absolument ahurissantes des éclairs intra panaches sont en ligne sur le site de Stromboli Online. Les images, que vous pouvez admirer

    lien ici

     

    ejafjalla16apr2010-mfulle4136j.jpg

     

    ejafjalla16apr2010-mfulle4145j.jpg

  • Le bunker de l'apocalypse !

    In vivos véritas....

    Le marché de la fin des temps semble prendre son essor.

    La société vivos nous prévoit des temps difficile et propose de reserver sa place dans un des 20 bunkers qu'elle construit

    mais la sélection fait déjà rage :

    Vivos est un réseau de propriété d'abris de survivance accessibles seulement à ses membres de propriétaire. Le Comité de Sélection Vivos évaluera chaque candidat de membre le profil pour la détermination et la candidature de leur adhésion. Vivos cherchera alors ces individus qui peuvent le mieux contribuer à chaque communauté d'abri de Vivos, pour la plus grande chance de survivance à long terme du groupe entier. Chaque candidat sera reconsidéré basé sur un certain nombre de critères et renseignements psychographic, en incluant : leur profession, éducation, expertise, adresses, profite à la communauté Vivos, la proximité à un endroit Vivos, une santé actuelle et une famille désirée ou une propriété de groupe.

    un avantage gigantesque aux abris de l'échelle de Vivos est l'opportunité pour une vraie communauté des gens avec les adresses diverses et les capacités, contre l'existence solitaire à long terme d'une petite famille, ou d'un groupe dans un abri d'arrière-cour privé.

    * le Mouvement
    * Près

    l'Adhésion dans Vivos est libre aux candidats choisis, qui recevront des renseignements Vivos en cours, une préparation de survivance, les mises à jour d'intérêt à 2012 et au-delà. L'adhésion ne fournit pas de propriété, ou assure de n'importe quel droit d'un intérêt pour un abri de Vivos.

    la Discrimination de n'importe quelle sorte ne sera pas tolérée, en l'incluant a basé sur l'âge, la course, le genre, ethnicity, la religion, l'infirmité, l'origine nationale ou l'orientation sexuelle, un tel fait ne sera non plus un moyen de disqualification d'adhésion. C'est l'intention Vivos de choisir la population de propriété la plus diverse parmi son groupe d'adhésion pour chaque abri, en assurant le plus large ensemble des adresses et des capacités, mieux assurer la survivance à long terme de chaque communauté Vivos.

    c'est Vivos 'le but de peupler chaque abri avec les gens de toutes les promenades de vie et d'expertise, en incluant : les docteurs, les scientifiques, les enseignants, les ingénieurs, les entrepreneurs, les directeurs, mathemeticians, les chimistes, les biologistes, les artistes, les musiciens, les chefs religieux, les diététiciens, les chefs, les couturières, les menuisiers, la mécanique, les plombiers, les électriciens, les professionnels de sécurité, ont mis à la retraite des militaires, des experts de survivance, des fermiers, un pêcheur, des chasseurs et plus. Cette communauté diverse de connaissance, adresses et capacités fournira une plus grande chance de survivance des membres de chaque abri, où chaque individu est aussi important pour le groupe, que le suivant.
    Dès que les membres de Vivos sont choisis comme les candidats de propriété, ils seront prolongés une invitation pour acheter un intérêt de propriété deeded pour Vivos spécifique se met à l'abri le plus proche à leur région de famille. Les candidats reconsidéreront alors le paquet Vivos de documents juridiques, séquestre ouvert et procéderont acheter leur intérêt d'équité pour cela l'abri de Vivos. En raison de la cohabitation de propriétaires, un processus de projection rigoureux est nécessaire, pourtant, la discrimination de n'importe quelle sorte ne sera pas permise.

    La lecture de ce texte traduit ne souffre aucune ambiguité, pour être sauvé il faudra le mériter et avoir le pognon....

    Bon je fourni aux pauvres inutiles qui devront mourir victimes de la fin des temps le lot de consolation : la visite vraiment déprimante de ces abris dans lesquels vous ne mettrez pas les pieds......ça console.

    lien....

     

     

  • Eyjafjallajökull, le volcan sous la glace.

    Magnifique nuage de cendres en Islande, un nuage qui donne l'impression d'être solide tellement il est compact..

  • CHEMTRAILS BIS...

  • CHEMTRAILS, QU'EST-CE-QU'ILS NOUS BALANCENT SUR LA TRONCHE ?

    Ami lecteur bonjour,

    Je vais ici vous narrer une histoire vécu, vraie, et je sais que nos sommes tous friand de vérité ici.

    L'histoire se déroule ce dimanche 11 avril, comme souvent le dimanche nous décidons de nous rendre au marché.

    Il faisait un temps magnifique et le ciel était d'un bleu immaculé sauf que......

    Sauf que un gros navion passait dans le ciel et y laissait une grosse trainée persistante qui tracait son parcours bien après son passage.

    Et puis d'autres aussi passérent, assez bas et d'autres plus haut, un vrai ballet aérien.

    Je m'ouvrais de ces considérations sur les saloperies que semblaient balancer les avions au dessus de mon modeste cottage à la famille mais cela ne semblait pas les perturber plus que ça...Je me suis même vu répondre la phrase qui tue et qui m'assassine aussi : -"je préfère ne pas savoir..." euh, bon bein on fait quoi la ?

    Bref en rentrant du marché le ciel bleu ne l'était plus du tout et un voile nuageux issu de ces épandages suspects couvrait le ciel au dessus du village, et ils n'avaient rien de naturels ces nuages.

    Et puis voila que je trouve cette vidéo aujourd'hui, je vous la livre donc au regard de mon modeste témoignage....

    Et puis levez un peu la tête et vous verrez c'est très instructif....à moins que vous préfériez ne pas savoir...

     


  • L'AFFAIRE SAID..

    Ami lecteur, bien que tu te fasses rare dans ces lieux je continue de mettre des vidéos ou des textes qui m'ont touché et fait réagir.

    Mais j'ai décidé de mettre un peu plus de moi même dans ses pages, non pas que je m'estime important mais seulement que ces pages reflètent d'avantage la recherche d'un bonhomme qui tente de comprendre.

    Car la recherche de la vérité est et demeure finalement ma seule démarche.

    Je ne la trouverai jamais, cela j'en suis certain.

    Mais je la recherche et même cela, beaucoup d'entre nous ont renoncé à le faire.

    Aujourd'hui je livre à votre réfléxion une vidéo sur l'affaire du vigile noyé saïd....

    Vous entendrez parler de cette affaire étouffée par la presse officielle et oubliée des donneurs de leçon médiatiques d'ordinaire plus bavards sur ce type de fait divers......c'est ce silence qui est parlant pour le moment et c'est le bruit qu'elle fera qui vous éclairera sur la nature de l'information qu'on nous inflige quotidiennement.....

     

     

  • LA LUCIDITE DE PAUL CRAIG ROBERT

    paul-craig-roberts1.jpg

     

    Lorsqu’un personnage comme celui de Paul Craig Robert, grand journaliste et homme politique américain, jette l’éponge et abandonne son combat pour la Vérité sur le désolant constat que la société américaine – et sans aucun doute les sociétés occidentales – s’est désormais enfoncée trop profondément dans l’obscurantisme et l’affairisme pour que cela vaille la peine pour un individu de continuer à se battre, cela devrait tous nous interpeler. Mr Roberts mentionne les événements du 11-Septembre comme le tournant majeur à partir duquel la chute s’est amorcée de façon irrémédiable sous les coups de boutoir de la propagande de l’Administration américaine. Voici le cri d’alarme d’un amoureux de la Liberté, de la Vérité et de la Paix, dont on espère que ce message ne constituera pas un “adieu”.


    Paul Craig Roberts.jpg

    Paul Craig Roberts (*)

    Au revoir

    La Vérité est tombée en emportant la Liberté avec elle

    par Paul Craig Roberts, paru le 24 mars 2010 sur CounterPunch

    Il fut un temps où la plume était plus puissante que l’épée. En ce temps-là, les gens croyaient en la Vérité, et la considéraient comme un pouvoir indépendant, et non comme un auxiliaire du gouvernement, des classes [NdT : sociales], des races, des idéologies, des personnes ou des intérêts financiers.

    Aujourd’hui, les Américains sont gouvernés par la propagande. Ils ont peu d’égard pour la Vérité, y ont peu accès, ou sont peu capables de la reconnaître.

    La Vérité n’est pas la bienvenue. Elle est dérangeante, interdite. Celui qui en parle prend le risque d’être taxé d’ “anti-américan”, “antisémite ” ou de “théoricien du complot”.

    La Vérité est gênante pour les gouvernements et les groupes d’intérêts dont les contributions aux campagnes [électorales - NdT] contrôlent les gouvernements.

    La Vérité est gênante pour les Procureurs intéressés par les sentences, pas par la recherche de l’innocence ou de la culpabilité.

    La Vérité est gênante pour les idéologues.

    La plupart de ceux dont le but était la recherche de la vérité sont dorénavant grassement payés pour la cacher. Les “Économistes libéraux” sont payés pour vendre les délocalisations au peuple américain. Les postes américains à haute productivité, ou à haute valeur ajoutée sont dénigrés, qualifiés de “sales”, d’industriellement dépassés. Vestiges de notre passé, dont il est préférable de nous séparer. Ils sont remplacés par la “Nouvelle économie”, une économie mythique constituée de métiers high-tech en cols blancs [NdT : Référence à la tenue des scientifiques dans le passé], depuis lesquels les Américains innoveraient et financeraient les activités délocalisées. Tout ce dont les Américains ont besoin pour intégrer cette “Nouvelle économie” , ce sont des diplômes en Finance délivrés par les universités de l’ “Ivy League” [1], pour pouvoir ensuite aller à Wall Street occuper des postes à un million de dollars.

    Certains économistes auparavant respectables ont accepté de l’argent pour contribuer à ce mythe de la “Nouvelle économie”.

    Et ce ne sont pas seulement des économistes qui vendent leur âme pour ce gain répugnant. Récemment, des docteurs en médecine ont publié, contre rétribution, des articles dans des journaux à comité de lecture à propos d’ “études” destinées à promouvoir tel ou tel médicament produit par des industries pharmaceutiques ; industries qui ont financé ces mêmes “études”.

    Le Conseil de l’Europe enquête actuellement sur le rôle des industries pharmaceutiques soupçonnées d’avoir fait la promotion d’une fausse pandémie grippale dans le but de gagner des milliards sur la vente de vaccins.

    Les médias ont aidé l’armée US à promouvoir sa récente offensive à Marja en Afghanistan, décrivant Marja comme une ville de 80.000 habitants sous contrôle taliban. Marja n’est en fait qu’un groupement de villages de fermiers.

    Et voici venir le scandale du réchauffement climatique, dans lequel les ONG, l’ONU, et les industries du nucléaire étaient de connivence pour concocter un scénario catastrophe pour tirer profit de la pollution.

    Où que l’on regarde, la Vérité a succombé à l’argent.

    Partout où l’argent est insuffisant pour enterrer la vérité, ce sont l’ignorance, la propagande, et [notre] mémoire courte qui finissent le travail.

    Je me souviens qu’au milieu des années 70, après le témoignage du directeur de la CIA William Colby devant le Comité religieux , les Présidents Gerald Ford et Ronald Reagan avaient publié des décrets empêchant la CIA et les groupes US de mener des opérations clandestines pour assassiner des leaders étrangers. En 2010, Dennis Blair, directeur du Renseignement intérieur, a informé le Congrès que les USA assassinaient maintenant ses propres concitoyens, en plus des leaders étrangers[2].

    Blair ne fut pas révoqué quand il déclara au Comité du Renseignement Américain que dorénavant pour assassiner un citoyen américain, il suffisait qu’on le soupçonne de constituer une menace et plus besoin d’arrestation, d’inculpation, de jugement, ni d’établir sa culpabilité pour crime capital. Il n’y a pas eu d’enquêtes. Pas de Comité religieux. Dans le milieu des années 1970, la CIA eut des ennuis suite à ses complots d’assassinat contre Castro. Aujourd’hui ce sont les citoyens américains qui sont sur la liste d’élimination. Aucune objection ne peut compter. Personne au gouvernement n’a été inquiété pour l’assassinat de citoyens américains par le gouvernement américain.

    En tant qu’économiste, je suis sidéré de voir que les économistes américains n’ont pas conscience que l’économie américaine a été détruite dans la délocalisation du PIB américain vers les pays d’outre-mer. Les entreprises américaines, dans leur poursuite de gain maximal, de réduction des couts du travail et de “bonus de performances” maximum envers la direction, ont déplacé la production des biens et services américains vers la Chine, l’Inde, et ailleurs à l’étranger. Quand je lis que les économistes décrivent les délocalisations comme un libre échange basé sur la comparaison des avantages, je réalise qu’il n’y a aucune intelligence ou intégrité parmi les professionels de l’économie américaine.

    Intelligence et intégrité ont été achetées par l’argent. Les entreprises américaines multinationales, ou mondiales payent des paquets de compensation de plusieurs millions de dollars aux grands managers, qui réalisent ces “prix de performances” en remplaçant le travail américain par le travail étranger. Alors que Washington s’inquiète de la “menace musulmane”, Wall Street, et les entreprises américaines, détruisent à travers le “libre échange” l’économie américaine et l’avenir de dizaines de millions d’Américains.

    Les Américains, en tout cas la plupart d’entre eux, se sont montrés malléables dans les mains d’un État policier.

    Les Américains ont gobé la déclaration du gouvernement selon laquelle la sécurité requiert la suspension de libertés civiles et de la responsabilité du gouvernement. Étonnamment, les Américains, du moins une bonne partie d’entre eux, pensent que les libertés civiles, telles l’habeas corpus [NdT : L’habeas corpus [...] énonce une liberté fondamentale, celle de ne pas être emprisonné sans jugement – Source Wikipedia], ou des procédures régulières, protègent les “terroristes”, et non eux-mêmes. Beaucoup croient de plus que la Constitution est un document vieux, dépassé, qui empêche les gouvernements d’exercer un pouvoir relevant de l’État policier nécessaire à la protection et à la liberté des Américains.

    La plupart des Américains sont peu susceptibles d’entendre une personne qui n’irait pas dans ce sens.

    J’ai été rédacteur en chef adjoint, et éditorialiste au Wall Street Journal. Je fus, pendant 15 ans chroniqueur extérieur principal à Business Week. Pendant une décennie, j’ai été chroniqueur pour Scripps Howard News Service, qui publie dans 300 journaux. J’ai été chroniqueur au Washington Times et dans des journaux français, italiens, et pour un magazine allemand. J’étais contributeur au New York Times, et chroniqueur régulier au Los Angeles Times. Aujourd’hui, je ne peux plus publier ou apparaître dans les “médias de masse” américains.
    Ces six dernières années, j’ai été banni des “médias de masse.” Ma dernière chronique au New York Times remonte à janvier 2004, en tant que coauteur avec le sénateur américain et démocrate Charles Schumer, représentant de New York. Nous y abordions la délocalisation des emplois américains. Cet article déclencha une conférence à l’Institut Brookings (Washington D.C.) couverte en direct par la chaine C-Span. Cela permit de lancer un débat . Une telle chose ne pourrait plus arriver aujourd’hui.

    Pendant des années j’ai été un pilier du Washington Times, apportant de la crédibilité au journal [fondé par Sun Myung Moon] en tant que chroniqueur au Business Week, ancien éditeur du Wall Street Journal, et ancien secrétaire adjoint du Trésor américain. Mais à partir du moment où j’ai commencé à critiquer les guerres d’agression de Bush, ordre fut donné à Mary Lou Forbes de faire stopper mes chroniques.

    Les médias privés américains ne servent pas la vérité. Ils servent le gouvernement et les intérêts de certains groupes qui contrôlent nos gouvernements.

    Le destin de l’Amérique fut scellé à partir du moment où le peuple et les mouvements pacifistes ont accepté la théorie de la conspiration du gouvernement [NdT : 19 pirates de l'air qui prennent le contrôle d'avions et les font s'écraser sur le WTC, le Pentagone, et en Pennsylvanie]. Cette théorie fournie par le gouvernement est contredite par de nombreuses preuves. Pourtant, cet événement majeur, qui a lancé les USA dans d’interminables guerres d’agression et dans l’émergence d’un État policier, est un sujet d’investigation tabou dans les médias. Il est inutile de se plaindre de la guerre et de l’État policier lorsque l’on accepte les prémices sur lesquelles ils sont basés.

    Ces guerres à coup de billions de dollars [NdT : Mille milliards] ont créé des problèmes de financement du déficit [du pays] et ont menacé le rôle de fonds de réserve mondial du dollar américain. Les guerres et la pression exercée par le déficit budgétaire sur la valeur du dollar ont taillé en pièces la Sécurité sociale et le Medicare. Hank Paulson, ancien Président de Goldman Sachs et Secrétaire au Trésor américain voudrait ces protections pour les seuls plus âgés. Le Président de la FED, Bernanke aussi. Les républicains aussi. Ces protections sont appelées “acquis sociaux”, comme si elles constituaient des privilèges que les gens n’avaient pas payés par leurs impôts tout au long de leur vie.

    Avec plus de 21% de chômage mesuré selon la méthode de 1980, avec les emplois américains, le PIB, et la technologie transférés vers la Chine et vers l’Inde, avec la guerre qui devient le plus grand engagement de Washington, avec le dollar surchargé de dettes, avec les libertés civiles sacrifiées au profit de la “guerre au terrorisme “, la liberté et la prospérité du peuple américain ont été jetées à la poubelle de l’Histoire.

    Le militarisme des USA, et de l’État israélien, et la cupidité de Wall Street et des entreprises vont poursuivre leur chemin. Puisque la plume est censurée, et qu’elle a perdu sa puissance, je démissionne.

    par Paul Craig Roberts, paru le 24 mars 2010 sur CounterPunch

    (*) Paul Craig Roberts fut éditorialiste au Wall Street Journal et secrétaire adjoint au Trésor américain. Son dernier livre, HOW THE ECONOMY WAS LOST, vient d’être publié par CounterPunch/AK Press. On peut le joindre à l’adresse : PaulCraigRoberts@yahoo.com.

  • LA NAINE EST INVISIBLE, NEMESIS !


    Nemesis, le soleil invisible ?
    envoyé par khalem-session. - Les derniers test hi-tech en vidéo.