Compteur Gratuit

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • G 20 Q !

     

     

    ME15955.jpg

    G 20 Q, partie 1.

    Mais c’est quoi ce G 20 ?

    Suite à quelques expériences, j'ai pu me familiariser avec la lecture des symboles.

    Il paraît que le symbole est cette partie brisée d'une pièce de monnaie capable de s'adapter parfaitement à son autre moitié retrouvée.

    Il me semblait judicieux de rappeler cette définition qui permet de comprendre que les événements humains ne se produisent jamais par hasard et que les initiateurs veillent à ce qu’il symbolisent quelque chose pour ceux qui sont aptes à regarder au delà du visible.

    Le G 20 qui se déroule ce week-end est un de ces moments historiques dont la portée réelle échappe au citoyen lambda.

    C’est quoi le G 20 pour le commun des mortels ?

    Examinons déjà la présentation que l’on nous en fait en nous appuyant sur un article du " Nouvel Obs " que vous retrouverez ici :

    " Les dirigeants des pays du G-20 cherchent à s'accorder sur des mesures destinées à responsabiliser les acteurs du système financier, et à le rendre plus transparent aux yeux des organismes régulateurs. "

    Ainsi le G 20 est une réponse des états à la crise financière actuelle. C’est comme ça que l’on nous présente la chose.

    Mais pourquoi 20  ?

    L’AFP nous donne la composition du G 20 .

    " Le sommet regroupe le G8 (Allemagne, France, Etats-Unis, Japon, Canada, Italie, Royaume-Uni et Russie), l'Union européenne, 11 pays émergents (Argentine, Australie, Arabie Saoudite, Afrique du sud, Brésil, Chine, Corée du Sud, Inde, Indonésie, Mexique, Turquie) ainsi que l'Espagne et les Pays-Bas ".

    Le sagace lecteur aura constaté que ce G 20 est en fait constitué de 22 entités, je ne parle pas de pays, car à ma connaissance l’Union Européenne n’est pas un pays.

    Mais alors pourquoi parler de 20 ?

    Observons également la distribution, que pouvons nous y voir  vis à vis de la représentation des continents.

    L’Afrique n’est représentée que par un seul pays et ce n’est pas n’importe lequel : l’afrique du sud, le pays de l’apartheid, enfin de l’ex apartheid à ce que l’on nous raconte. Amusant non ?

    L’Asie est représentée par : le Japon, la Chine, La Corée du Sud , l’Inde, l’Indonésie, l’Arabie Saoudite et deux pays qui sont entre Europe et Asie la Russie et la Turquie.

    L’Europe est représentée par l’ Allemagne, la France, l’Italie, Le Royaume-Uni, l’Italie, la France et l’union Européenne (?).

    L’Amérique par les Etats-Unis, le Canada, le Brésil, l’Argentine, le Mexique, le Brésil.

    L’Océanie par l’Australie.

    Et enfin citons deux pays qui se sont invités à la table l’Espagne et les Pays-Bas, ce qui n’est pas sans poser des problèmes d’organisation et de protocole.

    Sur le sens de ce mystérieux G 20, le Président Sarkosy nous en dit plus sur les véritables objectifs poursuivis en déclarant :

    " La présidence française avait annoncé dès samedi matin qu'un accord était conclu. Selon la présidence française, le texte sur lequel planche le G20 contient des "messages positifs de trois ordres: soutien à l'économie, nouvelle régulation internationale, réforme de la gouvernance mondiale". Certaines des décisions contenues dans le texte sont "d'une très grande technicité. Cela ajoute à la crédibilité du texte car ça montre qu'au-delà des déclarations d'intention, il y a un vrai travail d'accompli". Ce texte, "concret et le plus précis possible", présente "un plan d'action détaillé (...) avec une date fondamentale, celle du 31 mars 2009", a-t-on insisté. "

    Si certains doutaient encore de la mise en place d’un nouvel ordre mondial, la déclaration de Sarkosy à le mérite d’éclaircir les choses en évoquant la réforme de la gouvernance mondiale, cette notion est sans ambiguïté et dépasse le cadre de la simple régulation économique que nous présentent les médias.

    Un détail me perturbe pourtant, les peuples ont-ils donné à tous ces chefs d’états, sauf Barroso qui est toujours là comme l’ombre de Sarko, mandat de mettre en place une nouvelle gouvernance qui fatalement s’imposera a eux sans être consultés ?

    N’assistons nous pas a un coup d’état et a l’enterrement de la démocratie ?

    Ce sommet qui commence Vendredi soir et qui fait l’objet dés le samedi matin de déclarations affirmant que l’affaire est bouclée ne serait-il pas une énorme mascarade ?

    Pour tenter de comprendre la signification cachée de ce cirque, je vous propose, dans une deuxième partie, une petite analyse symbolique, et je peux vous dire que j’ai trouvé quelques sens hermétiques très, très, intéressants

    Icosahedron.gif
    Bien entendu, l'iconographie donne les pistes à suivre.

     

  • JE NE SUIS PAS DIEU.

    P1010002.JPG

    Très calme.

    La météo est agitée, instable, superbe.

    Le ciel bleu laisse sa place à une succession de nuages pressés qui galopent en longues traînées de gris nuancés, poussés par un vent de sud surpuissant.

    La Méditerranée, d’un naturel placide et bleu, est en furie.

    Une fureur grise et blanche qui tape sur les digues élevées par les humains, avec force et constance, vague après vague, elle détruit les barrières qui l’empêchent de passer et de se rendre ou elle veut.

    Sur la scène de ce théâtre grisâtre, des silhouettes recroquevillées se meuvent avec difficultés, comme fascinées, pour observer au plus près cette colère révélatrice de la véritable nature des éléments.

    La tempête est nécessaire, elle est salutaire au petit humain endormi dans son confort artificiel.

    La douleur et la peur sont nécessaires au petit humain apeuré pour qu’il prennent conscience de sa petitesse et de l’impérative nécessité de s’unir pour lutter contre des forces hostiles à sa survie.

    Le spectacle de cette puissance m’inspire alors l’idée de Dieu, comme une évidence.

    Une évidence face aux fâcheux qui tentent d’inculquer aux humains qu’ils sont détenteurs d’une fraction de divinité, qu’en eux réside "  la force " et qu’ils sont de fait libre de n’agir qu’à leur guise.

    Tout le désespoir est là, sous nos yeux et plus que la digue de pierre c’est la montagne d’eau poussée par le vent qui me questionne.

    Dieu n’est pas en nous, il ne peut pas l’être, il ne doit pas l’être, il ne doit que nous inspirer et nous apprendre l’espoir.

    P1010011.JPG
    Les photos qui illustrent ce texte ont été prise ce matin du 1er novembre 2008 sur le port de Carnon (34).